Faire adhérer à une règle de sécurité ou comment montrer son cul à son client pour ne pas chuter !

(cet article a été co-écrit avec mon talentueux ami Yves Bonis – Consultant, formateur, conférencier et rédacteur indépendant)

Faire adhérer à une règle de sécurité, ce n’est pas si facile.
Cela devient beaucoup plus facile quand on applique les 6 principes d’une idée qui colle : faire passer votre message au travers d’une histoire simple, inattendue et concrète qui soit crédible et suscite l’émotion.

Laissez-moi vous raconter une petite histoire :

Un grand groupe spécialisé dans la collecte et la valorisation des déchets me confie l’animation d’une formation à la causerie sécurité. Pour rappel, la vocation d’une causerie sécurité est de permettre à un encadrant de réunir son équipe pendant 15 à 20 minutes pour « favoriser les échanges », « faire passer des messages », « sensibiliser sur les risques », « partager des bonnes pratiques » et « faire évoluer les comportements » autour d’une thématique liée à la santé-sécurité.

Ce jour-là, les stagiaires arrivent au compte-goutte et entrent un à un avec cet air si reconnaissable du « je viens parce que c’est marqué sur ma convocation mais je vais être honnête avec vous je ne sais pas ce que je fous là ! ».
Lors du tour de table, les encadrants me font effectivement part de leurs difficultés à réaliser l’exercice « sur le terrain » devant « leurs gars » qui « ne participent pas ».

Après avoir donné les grands principes de réussite d’une causerie, je les répartis en sous-groupes en leur demandant de concevoir un message sécurité qui « sonne comme une publicité » et respecte ces quelques conditions : Le message doit être simple, inattendu et concret !
La thématique de la chute de hauteur est retenue.

Les sous-groupes se lancent dans l’exercice et je supervise les échanges en intervenant aux moments opportuns pour accompagner l’émergence et la concrétisation des idées.

Le minuteur sonne. Nous exposons nos réflexions. Il y a de bonnes idées. Les stagiaires sont invités à donner leurs avis et leurs propositions d’améliorations. Parmi les idées plébiscitées, on retiendra par exemple l’utilisation d’une image de Spiderman avec comme message « si même les super-héros s’accrochent au mur, pourquoi pas vous ! ».

Une idée remporte un franc succès. L’un des stagiaires du sous-groupe a dessiné un chauffeur qui descend d’une cabine de camion en respectant la règle des 3 points (descente en arrière avec les deux mains tenant les poignées et le pied sur une marche). Le chauffeur tourne la tête et sourit ? On voit distinctement ses fesses saillantes en gros plan. Le message « La première chose que doit voir ton client, c’est ton cul ! ».

Les 6 principes d’une idée qui colle en santé-sécurité :

Ce dessin, simple, inattendu et concret résume parfaitement les 6 principes du livre « Ces idées qui collent » de Chip et Dan Heath.
Je vous invite fortement à lire cet ouvrage mais voici en résumé les 6 principes qui permettent de faire adhérer à une idée et de la faire rester dans les mémoires.

Votre idée doit être SIMPLE :

Votre idée doit être INATTENDUE :

Celui qui la reçoit doit comprendre le message du 1er coup, sans devoir mobiliser son attention ou sa matière grise pour en retenir le sens profond. Le destinataire doit pouvoir comparer immédiatement le cœur du message à son vécu.


Dans le cas du dessin sur la descente en 3 points, le message est explicite et tout chauffeur en saisit la portée, le sens et peut le comparer à son vécu.

La surprise permet d’éveiller l’attention. On retiendra d’autant une idée qu’on ne l’aura pas vue venir, qu’elle nous choquera ou qu’elle bousculera l’ordre établi. Elle amène celui qui la reçoit à s’y intéresser, à y réfléchir et à penser autrement.


Dans le dessin, les fesses saillantes et le message nous surprennent car le ton est franc et direct et l’idée inattendue de « montrer son cul au client » a quelque chose de choquant et d’insolent qui ne peut pas nous laisser indifférent.

Votre idée doit être CONCRETE :

Une idée concrète doit évoquer les actes simples de la vie. Elle doit appeler au vécu, à l’expérience du destinataire. Elle doit devenir tangible et facile à visualiser.

Le message « La première chose que doit voir ton client, c’est ton cul ! » n’aurait qu’une portée limitée s’il n’était pas accompagné du dessin. L’image permet au chauffeur de visualiser l’idée et l’aide à assimiler le message en lui permettant de l’inscrire dans la réalité concrète de son métier.


Parlons un instant de « la malédiction du savoir » ! Si on confie à un expert ou à un spécialiste la tâche de faire passer un message, il y a fort à parier que l’échange n’ira pas vers le concret et la simplicité. En effet, persuadé que tout le monde possède les rudiments de ce qu’il aborde, l’expert va très vite proposer un message complexe et surtout ABSTRAIT qui dépassera totalement son auditoire.

Gardez donc toujours à l’esprit que votre cible n’a probablement pas fait les mêmes études et n’a pas les mêmes lectures que vous lorsque vous construisez votre contenu.

Votre idée doit être CREDIBLE :

De toute évidence, votre discours doit être crédible. Si vous n’y connaissez rien et que rien ne vous donne autorité pour vous exprimer… et bien on ne vous croira pas. Essayez par exemple d’aller expliquer à un astronaute comment faire décoller sa fusée, vous avez peu de chance que ça marche.

Ce qui rend une idée crédible, c’est la preuve, la démonstration de cette idée qui nous permet d’établir des similitudes avec notre vécu ou ce que l’on croit être vrai. Avant d’accepter une idée, nous mesurons sa crédibilité au moyen de nos connaissances, de nos croyances et de nos expériences. Si cette idée émane en plus d’une « autorité » que nous reconnaissons, c’est encore mieux.

Dans cet exemple, on renvoie le chauffeur à sa réalité de tous les jours ainsi qu’aux nombreuses fois où il a failli chuter en descendant « en avant » de sa cabine.

L’idée émane d’un « chef d’équipe apprécié », « qui connait le boulot » et le ton employé est celui « de tous les jours ».

Votre idée doit susciter de l’EMOTION :

Vous l’aurez certainement remarqué, nous nous sentons concernés lorsque nos émotions sont sollicitées. Et l’émotion l’emporte toujours sur la réflexion.

Dans notre exemple, la surprise du dessin et du message provoque d’abord la surprise, le rire puis un sentiment de gêne : « mais… on ne montre pas son cul à un client…et d’ailleurs, le mot cul, c’est vulgaire ! ».

Le fait que le message émane d’un « chef d’équipe de chez nous » valide tout d’abord ce discours assez surprenant. Si c’est lui qui le dit, alors on peut le dire aussi (on retiendra qu’il s’agit d’une communication interne, pas d’une formation en Gestion de la Relation Client). Et cela renforce par ailleurs le sentiment d’appartenance du chauffeur à l’équipe qui désormais « montre son cul au client en appliquant la règle des 3 points ».

Votre idée doit RACONTER UNE HISTOIRE :

Une histoire nous inspire, nous stimule et nous précipite dans l’action. Les meilleures histoires, celles que l’on retient, contiennent 3 ingrédients indispensables : Un défi, un lien humain et de la créativité !

On notera que notre dessin raconte à lui seul toute une histoire :

On voit le protagoniste relever le double défi de « respecter la règle des 3 points » tout en défiant l’ordre établi en « montrant son cul au client » sans que celui-ci ne s’en aperçoive, bien sûr.

Le fait qu’il nous regarde et nous sourit établit le lien empathique qui nous touche en tant qu’humain.

La créativité est présente dans l’alliance du dessin et du message qui nous surprend et sollicite nos émotions.

Conclusion :

En bref, faire adhérer des personnes à un message sécurité est possible pourvu qu’on s’y prenne de la bonne façon et les 6 principes d’une idée qui colle sont de bons guides.

N’hésitez pas à confronter vos campagnes de sensibilisation ou votre pratique de la causerie sécurité à cette grille. Elle vous permettra de les rendre plus impactantes et mémorisables… Je l’utilise moi-même à chaque fois que j’interviens en entreprise.

Et donnez m’en des nouvelles.

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous ou me faire part des sujets que vous souhaiteriez que j’aborde.

Vous avez un projet de formation ou de sensibilisation ? Rendez-vous sur mon formulaire de contact en cliquant ci-dessous.